Réaction du président de la FHP

Réaction du président de la FHP après le discours de clôture d’Agnès Buzyn au Congrès de la Mutualité

Dans son discours de clôture au Congrès de la Mutualité, la ministre de la Santé a indiqué qu’elle ne croyait pas aux dispositifs de reprise des avantages fiscaux mis en place depuis 2013 et a annoncé qu’il y aura en 2019 un nouveau cadre d’allègements généraux qui seront, a-t-elle dit, très favorables au secteur non lucratif .

« La ministre, déclare Lamine Gharbi, confirme sa volonté de revenir sur la politique de récupération des réductions de charges dans les tarifs, ce qui est positif. La mention d’un « nouveau cadre d’allègements généraux en 2019, qui seront très favorables au secteur non lucratif  « nous invite toutefois à la vigilance pour l’avenir afin que l’égalité de traitement soit respectée. C’est l’activité de l’ensemble des établissements de santé, dont on connaît la difficile situation économique quel que soit leur statut, qui mérite d’être encouragée et soutenue ».

Dans son discours, Agnès Buzyn a indiqué, comme le Président de la République deux jours plus tôt, également à Montpellier, que la priorité devait être donnée à la prévention et que le système de santé français était insuffisamment tourné vers la qualité. La ministre a aussi expliqué qu’elle voulait faire confiance au terrain et laisser la liberté aux acteurs de s’organiser.

« Je souscris aux axes de travail énoncés par la ministre qui sont en résonance avec nos propositions » réagit Lamine Gharbi.

« La confiance aux acteurs de santé est effectivement la seule voix pour répondre à la demande des patients et aux défis à venir. Nous sommes tous ensemble contributeurs à l’amélioration du système de santé. Je suis également en phase avec Agnès Buzyn quand elle met la qualité des soins en avant. Notre philosophie repose sur l’égal accès pour les patients à des soins de qualité prouvée et pertinents. Et comment ne pas faire de la prévention une priorité en matière de santé ?

Quant au dispositif de l’article 51 visant à permettre le financement des innovations, Agnès Buzyn peut là-aussi compter sur l’hospitalisation privée. Je souhaite du reste que l’innovation soit rapidement inscrite dans le financement de droit commun » conclut Lamine Gharbi